Accueil du site | Plan du site | Contact | Espace privé



Bienvenue chez les Guides de Niokolo-Koba

> Notre Communauté

Notre Communauté

Les origines de Dialacoto

Dialacoto fut découvert par un chasseur mandingue du nom de Baly Diambang vers 1681. Ce dernier vivait à Simbandin Birassou en Casamance. Il est venu chasser dans la zone de l’actuel Dialacoto, il était fatigué et ses chiens aussi. Baly se reposa sous les quatre fromagers qui étaient côte à côte auprès d’une petite mare. Il avait commencé à dormir quand les chiens se mirent à se parler. L’un d’entre eux dit : « Cette zone sera bonne à vivre car aucun guerrier n’attaquera ici ». C’était la préoccupation de tous les villages car il y avait beaucoup de guerres ethniques à l’époque.

Baly avait beaucoup de connaissances. Il comprenait tout ce que les chiens disaient entre eux, et quelques minutes plus tard il se leva pour rentrer en Casamance après avoir pris des marques de repère du lieu. Arrivé chez lui, il rendit compte au chef de famille des Diambang qui était Kaly Djimbotiguo Diambang. Ce dernier mobilisa toute sa famille pour venir dans la zone de Dialacoto. Ils partirent d’abord à Nétéboulou pour demander l’autorisation du roi local qui les autorisa à s’y installer, ainsi naquit Dialakoto.

La Communauté aujourd’hui

La Communauté Rurale de Dialacoto est composée de 33 villages et d’une vingtaine de "hameaux de culture" autour de terrains agricoles éloignés. La Communauté Rurale se trouve dans l’est du Sénégal sur la bordure nord du Parc national du Niokolo-Koba. Il est traversé par la route nationale 7 sur laquelle se trouve le village de Dialacoto, chef lieu de la Communauté à 73 km à l’est de la capitale régionale de Tambacounda, et à 540 km de Dakar.

La Communauté Rurale comprend une population totale de 14.374 habitants répartie sur une superficie de 6.202 km2 soit une densité de 2 habitants/km2. Cependant, le Parc national du Niokolo-Koba et la forêt classée de Diambour occupent une grande superficie du territoire communautaire, poussant les villages à se concentrer au Nord et au Nord-est de la Communauté Rurale (voir la carte ci-dessous).

Le village de Dialacoto a une population de 1.660 habitants. Trois autres villages ont plus de 1.000 habitants, les 16 autres ayant donc moins de 1.000 habitants. La Communauté Rurale est dirigée par des élus locaux qui élisent un président de Conseil Rural, deux adjoints et des présidents de commissions dans les domaines de la santé, de l’environnement, de l’éducation, de la jeunesse et du sport, de la culture... Le Conseil Rurale élabore le plan local de développement et donne son avis sur tous les projets de développement concernant toute ou partie de la Communauté Rurale.

L’agriculture et l’élevage constituent, comme dans l’ensemble du territoire national, les premières activités de la majeure partie de la population locale. Les cultures de rente sont l’arachide, le coton, et le niébé (pois à vache), tandis que les autres cultures telles que le mil, le maïs, le sorgho et le riz sont réservées à l’autoconsommation des ménages. La pèche constitue une petite partie des activités. Les revenus tirés des produits de la forêt (matériaux de construction, combustibles, le bambou, le rônier (palmier indigène), le jujube, le pain de singe...) fournissent près de 50% du revenu total d’un ménage.

Culture et traditions

Les populations des villages de la Communauté se déclinent en familles qui sont des familles étendues regroupant entre 1 à 10 ménages. La fonction de chef de village est de tradition héréditaire de père en fils. A défaut de consensus sur la succession d’un chef, le nouveau chef de village est élu par les chefs de ménage.

Les habitants de la Communauté appartiennent aux ethnies mandingue, peule, bassari, wolof et sérère. Les Mandingues sont l’ethnie majoritaire (62% avec les Diakhanké apparentés) tandis que les Peuls représentent 31% de la population. Les différentes ethnies ont toutes gardées leur culture et traditions qui constituent un riche patrimoine culturel dont les rituels et les fêtes, les contes et les légendes. Les Mandingues par exemple organisent la fête des récoltes en octobre, la fête des poulets (épreuve pour les jeunes filles qui doivent cuisiner un poulet), l’initiation des jeunes garçons... En novembre ou décembre se tient la Journée culturelle de Dialacoto avec spectacles de danse, cuisine traditionnelle...

L’Islam est la principale religion et concerne 98% de la population. Le Christianisme est pratiqué surtout par les Bassaris.

Les différentes ethnies et croyances se côtoient dans le respect mutuel et la volonté de vivre en harmonie. Les visiteurs sont très bienvenus dans notre Communauté. Nous sommes fiers de pouvoir partager avec eux notre culture et notre mode de vie.

 Les pays Bassari et Bedik